La rue de Paradis a été choisie par la mairie du 10ème arrondissement pour tester une politique innovante de “zéro déchet”.

Paris 10ème la rue Paradis et le zéro déchet

Un seul objectif : faire de la rue Paradis un précurseur dans la lutte contre les déchets. Initié par la Mairie du 10ème arrondissement à Paris, le test se déroulera jusqu’en décembre 2019.

Viser 100% des déchets recyclés

Depuis quelques années, le poids de nos poubelles à Paris est en baisse. C’est une bonne chose. Cependant, en y regardant de plus près, on observe une hausse globalement importante. On jetait un peu plus de 200 kilos par an et par habitant dans les années 1940′. Aujourd’hui nous sommes à plus de 490 kilos. Or seulement 20% de nos poubelles parisiennes sont aujourd’hui recyclées.

La ville de Paris s’est clairement tournée vers une politique de neutralité carbone, affichant un objectif de recyclage à 100% de tous nos déchets. Cela s’inscrit dans un contexte plus global, notamment lié à la COP21 et le souhaite de mettre en place des actions concrètes en France à cette occasion.

Un quartier qui recycle peu

Le 10ème arrondissement n’est pas le mieux placé parmi les arrondissements parisiens. Ses habitants jettent en effet plus de 490 kilos de déchets par an, comparés aux 420 kilos en moyenne à Paris.

Selon la maire d’arrondissement, Mme Cordebard, la rue de Paradis condense en quelques centaines de mètres la variété que propose Paris. A savoir un agrégat d’entreprises, de petits commerces de quartier, d’habitats, de logements sociaux et d’écoles. Cela en fait donc un environnement idéal pour tester cette nouvelle politique de zéro déchet.

Par ailleurs les initiatives écologique ont récemment essaimé dans le quartier. On y voit en effet apparaître quelques supermarchés bio, des restaurants végétariens et vegan, et des boutiques engagées, le tout dans un quartier à la mixité sociale forte.

Une tendance naturelle est donc bien là, mais elle va maintenant être appuyée par la Mairie ainsi que par un tissu associatif fort. Le but est d’aller plus loin dans le recyclage et le zéro déchet. Tout en impliquant au maximum, les habitants, les salariés, les écoles, etc.

Concrètement des initiatives proposant d’autres choix que le tout jetable vont voir le jour. Telles que des réfrigérateurs partagés, des sacs en kraft pour les repas à emporter des restaurateurs, des gobelets en plastique dur et donc réutilisables.

La Mairie va aussi proposer des lombricomposteurs pour les particuliers, des pesées des poubelles, des composteurs partagés, ainsi que des ateliers de fabrication artisanale, ou encore des sessions de sensibilisations au tri.

Recycler ET réduire le volume des déchets

Au delà de l’objectif affiché d’un recyclage à 100% des déchets, il y a un souhait clair de réduire à la source les volumes de déchets générés. Une baisse de seulement quelques pourcents des déchets générés peut en effet avoir un impact de plusieurs dizaines de tonnes à l’échelle de la ville. L’impact potentiel est vite très important.

Cependant seul un engagement clair des acteurs locaux (habitants, commerces, etc.), permettra une réussite du projet. Celui ci devra bien entendu être accompagné de solutions soutenues par la Mairie : composteur partagés, ajout de bacs pour le recyclage du verre (un immeuble sur trois n’en est aujourd’hui pas équipé), ajout de poubelles jaunes (un immeuble sur six n’en est aujourd’hui pas équipé).