L’appétit des Start-up pour Paris, l’une des plus grandes métropoles mondiales est indéniable. Mettant souvent en avant des projets innovants et le bien-être au travail pour ses salariés, l’univers (plutôt jeune) des Start-Up s’intéresse de plus en plus aux questions de développement durable, d’environnement et de recyclage. Suivez le joyeux guide !

Start-up Paris - Environnement et recyclage 2

Paris, un écosystème favorable aux Start-up environnementales (ou pousses vertes :))

Paris, le royaume des Start-Up

Paris est désormais mondialement connu pour sa politique d’accueil favorable aux Start-up. Sa place au cœur de l’Europe, la présence de nombreuses banques et fonds d’investissement, ainsi que son attractivité en matière de lieu de vie et d’offre culturelle, en font une destination privilégiée pour y créer et développer une jeune pousse. L’incubateur géant de Station F, les incubateurs développés par les grandes écoles et universités (HEC, Essec, Edhec, ESCP, Paris Dauphine….), le salon Viva Technology qui se tient chaque année à Paris, ou les sites d’information telles que Maddyness ou J’aime les StartUps, sont ainsi des vitrines du développement fulgurant de l’univers Start-up à Paris.

Ville leader sur les jeunes pousses 100% vertes (GreenTech, CleanTech, Services verts…) ?

Au sein de l’offre pléthorique de Start-up (projets techniques, innovations de service, place de marché…) une catégorie émerge et commence à attirer l’attention de nombreux investisseurs : les sociétés émergentes ayant un projet environnemental. Aujourd’hui, un peu plus de 1% des Start-up françaises ont leur cœur d’activité en lien direct avec le développement durable, soit un peu plus de 220 sociétés en France.

Sur ce total, plus de 20% sont installées à Paris, en faisant la ville française la plus innovante sur les questions d’environnement, de développement durable ou encore de techniques et services de recyclage, bien devant Lyon (4% des domiciliations) et Marseille (3%) (Source MyFrenchStartup). Depuis leur création, ces green Start-up ont ainsi bouclé plus de 130 levées de fonds pour un montant global de plus de 470 millions d’euros !

 

La question de la durabilité, désormais au cœur des réflexions de toutes les Start-up.

Une prise en compte de la durabilité dans la construction des business model

Au-delà des Start-up dont le cœur d’activité est le développement durable, les jeunes pousses ont bien souvent mauvaise presse en ce qui concerne les questions environnementales. Sont en cause la recherche de croissance à tout prix et l’appât du gain rapide, éloignant d’un revers de la main les questions de durabilité, risquant d’entraver ce développement.

Cependant, la pression d’investisseurs (de plus en plus soucieux d’un business créateur de valeur sur long terme), et de la société civile et de consommateurs (de plus en plus sensibles à ces sujets), permet d’exercer une pression forte sur ces sujets.

De plus, la population généralement assez jeune des Start-up devient un atout sur ces questions. En effet, plus sensibles à titre personnel aux questions environnementales, les salariés et dirigeants ou fondateurs de ces structures, ramènent leurs habitudes personnelles, prises sur leur lieu de vie (tri des déchets à domicile, compostage, économie d’eau et d’électricité, récupération et réparation d’objets, achats uniquement si nécessaire, objectif zéro-déchet…), vers leur entreprise et leur bureau / open-space.

En plus du traditionnel bien-être au travail et espace de travail sympa (Salle de pause cool, plante verte, baby foot, ping-pong, apéro du jeudi et sortie annuelle… !) il y a désormais une volonté d’intégrer les enjeux environnements au cœur du projet de la l’entreprise.

Une multitude d’actions durables (Energie, réduction des achats, diminution des plastiques, recyclage…).

Cela peut se faire au niveau de la stratégie de développement du produit ou du service, au niveau des fournisseurs… mais aussi en interne, au niveau très accessible et visible que constituent les bureaux.

Émerge alors une très large palette d’actions, plébiscité par les salariés :

  • L’attention portée aux consommations d’énergies (immeuble à faible consommation d’énergie, consommation d’eau et d’électricité)
  • La limitation des repas à emporter générateur de plastique
  • La mise en place d’un composteur, ou même d’une ruche sur le toit de l’entreprise
  • Une réflexion sur la nécessité de certains achats de fournitures de bureau, la volonté de générer moins de déchets, ou le cas échéant de recycler tout ce qui peut l’être
  • L’investissement dans une badgeuse aux points reprographie, déclenchant les impressions uniquement au passage du salarié, et la mise en place d’une poubelle de tri pour les papiers et les cartouches d’imprimante à côté
  • L’installation de bacs de recyclage pour tous les déchets de café (type recyclage des gobelets, marc de café ou capsules de café), la réduction des repas à emporter à la cafétéria et l’installation de poubelles de tri pour les canettes et bouteilles en plastique, voire pour le verre (bières ou champagne pour l’apéro hebdomadaire, ou pour fêter le dernier client / la dernière levée de fonds !)
  • Le recyclage des mégots à l’entrée de l’immeuble ou sur la terrasse.

 

Les Start-up et les joyeux recycleurs, une histoire de recyclage et d’amour durable !

Dans ce contexte, les joyeux recycleurs ont très tôt accompagné de nombreuses Start-up, avec une logique de conseil et de partenariat développé sur le long terme. Nous avons ainsi eu le plaisir de voir de nombreuses sociétés réussir et grandir, et de les accompagner dans l’agrandissement de leurs locaux et dans l’évolution de leur réflexion environnementale. C’est le cas de petites Start-up devenues grandes, créées à Paris, et accompagnées très tôt dans leur recyclage au quotidien par l’équipe des joyeux recycleurs telles que Blablacar, Leboncoin et Doctolib.

Ce qui est fou c’est que grâce à toutes les Start-up avec lesquelles nous travaillons, nous nous sommes rendu compte que nous pourrions quasiment vivre en autarcie !

Imaginez un peu… nous pouvons nous habiller (presque entièrement !) avec nos amis du Slip Français, puis déjeuner en bonne compagnie avec les cuistots de Frichti et AlloResto, puis poster les vidéos et photos de notre repas avec Pinterest et Cheez.

Créer une cagnotte sur Leetchi, le tout pour se payer un petit tour en scooter électrique, en voiture ou un train, grâce aux teams de Cityscoot, Uber, Getaround (ex Drivy), Trainline et TomTom, et enfin finir en vacances avec Airbnb, le tout filmé sous GoPro.

Nous avons même réussi à matcher avec la team de Happn, c’est dire si l’histoire d’amour qui est née entre les start-up et le recyclage va durer !