Pour sensibiliser les Tokyoïtes au recyclage des déchets, le département de l’environnement japonais a ouvert un restaurant donnant directement… sur l’intérieur d’une usine de tri et d’incinération des déchets ! Un incroyable lieu éphémère que nous vous invitons à découvrir.

Idées vertes - Usine recyclage traitement déchets recyclage restaurant

Un nouveau bar branché… dans un incinérateur

Depuis quelques mois, les habitants de Tokyo peuvent aller à la découverte d’un lieu pour le moins insolite : le Gomi Pit (du japonais « Gomi » signifiant « ordure », et de l’anglais « Pit », pour « fosse »). Il s’agit du fruit de la créativité du département de l’environnement japonais, qui a décidé d’ouvrir celui-ci afin de faire réaliser aux japonais la quantité de déchets qu’ils produisent.

Le Gomi Pit est en fait un bar-restaurant plutôt branché et à la décoration impeccable, équipé de baies vitrées donnant directement sur le puit à ordures, au fond duquel sont triés et brûlés des tonnes de déchets (jusqu’à 120 tonnes par jour !). Etudiants en sortie de cours, actifs cherchant un lieu pour décompresser après le travail et autres retraités s’y côtoient, curieux de se rendre compte du volume de déchets produits par une petite partie de Tokyo.

Un quartier éco-responsable

Gomi Pit est une installation située dans le quartier Musashino, dans l’Ouest de la capitale. Ce quartier est déjà réputé pour ses consignes de recyclage locales, particulièrement scrupuleuses. Les habitants sont tenus de trier très précisément leurs déchets, selon les indications inscrites sur tous les emballages.

D’ailleurs, le site de traitement des déchets qui accueille le Gomi Pit est nommé le Musashino Clean Center, et a été conçu dès le départ pour être un endroit accueillant, ouvert aux visites pédagogiques. Les parois sont en grande partie composées de verre et permettent à chacun de voir les techniciens activer les différentes machines. La présence de nombreux panneaux d’information complète ce centre à la fois fonctionnel et instructif. La construction du site ayant coûté 10 milliards de yens (environ 80 millions d’euros), la municipalité souhaite aussi par cette occasion faire démonstration des technologies de pointe implémentées ici. Une réussite, dans un pays qui produit des volumes très conséquents de déchets.

Le Japon, pays modèle en matière de recyclage ?

Au Japon, le recyclage est une affaire nationale. Partout, les poubelles sont équipées de plusieurs conteneurs permettant de trier ses déchets. Les japonais sont tenus d’acheter des sacs différents pour chaque type de déchets (organiques, recyclables et le reste), un système de collecte payant qui ressemble à celui de notre voisin l’Irlande. Même dans la restauration rapide, les clients sont tenus de trier leurs déchets grâce à plusieurs poubelles. Et même les médailles des J.O 2020 de Tokyo seront fabriquées à partir de métaux recyclés !

Cependant, malgré toutes ces mesures incitatives, le taux de recyclage au Japon est d’environ 25%, comparable au taux de tri en France. En effet, le Japon fait face à un phénomène contraignant en matière de lutte contre la pollution : le suremballage. Ainsi, il n’est pas rare de se voir distribuer un sac plastique pour n’importe quel achat, ou de voir sa tablette de chocolat sous trois emballages distincts. Les baguettes jetables en bois, omniprésentes car étant les couverts utilisés majoritairement, sont un fléau écologique. Certaines enseignes ont fait le choix – rationnellement économiquement comme écologiquement – d’arrêter de fournir des baguettes jetables à leur clientèle afin de lutter contre les couverts à usage unique.

C’est pourquoi les initiatives telles que Gomi Pit se développent à travers le pays, pour faire réaliser aux japonais l’ampleur de leur consommation de matières à usage unique. Et ça marche ! Face à ces volumes impressionnants de déchets, les visiteurs déclarent être surpris et prêts à faire des efforts pour réduire leur propre consommation.

Bientôt une usine de ce type à Paris ou en région parisienne ? Dans l’équipe, on parie que ça pourrait déclencher des réactions vertueuses, autour d’un verre avec vue !