Petite ville japonaise des montagnes de Shikoku, Kamikatsu est la première ville a avoir promulgué une politique zéro déchet. Fixé en 2003, cet objectif doit être atteint en 2020 pour les jeux olympiques d’été de Tokyo.

Idée verte - Zero déchet, japon, recyclage 2

Une ville modèle, pionnière en matière de recyclage

Sur l’île de Shikoku, au milieu des montagnes et des rizières, il est un village modèle, un village zéro déchet ou presque. La ville de Kamikatsu avec ses 1600 habitants s’est imposée comme la pionnière en matière de recyclage. A l’heure où la planète est menacée par le réchauffement climatique et les questions de pollution, Kamikatsu porte haut l’étendard du zéro déchet et cela depuis bientôt 16 ans.

Le mouvement international zéro déchet consiste à s’engager à réduire, réutiliser, recycler et composter ses déchets de façon à promouvoir un système industriel fabriquant des produits durables. L’objectif est de tendre vers la disparition totale des déchets.

Dans nos pays industrialisés la quantité de déchets produite par une seule personne en une journée représente plusieurs kilos par an et par personne. Cependant depuis plusieurs années le Japon se démarque des autres pays développés en matière de collecte et de recyclage. Le pays fait figure d’exemple et parvient par exemple à recycler près de 20% de ses déchets en plastique. Entre politiques locales et innovations, le pays a développé de nombreuses filières de recyclage innovantes.

Dans la ville de Kamikatsu, tout le monde y met du sien : habitants, commerçants et politiques, permettant au recyclage de déjà atteindre un taux record de 80%. Les habitants pratiquent ainsi le recyclage des ordures à la perfection, avec la présence de poubelles et de zones de tri des déchets quasiment partout en ville.

Qui atteint déjà un taux de recyclage de 80%

La ville ayant atteint un taux de recyclage de 80% a demandé dès 2003 à ses habitants d’adopter des gestes de tri sélectif très poussés. Les habitants doivent en effets trier leurs déchets à la maison et les apporter eux-mêmes à la déchetterie, qui a remplacé le centre d’incinération.

Des employés sont présents pour aider et vérifier que les déchets ont bien été lavés, triés et répartis au sein de 45 catégories différentes (contre 9 catégories en 2003). Des indications sont données sur des panneaux pour orienter les habitants. Ces panneaux décrivent également ce qu’il adviendra de ces déchets et quelle valeur ils pourraient apporter à la revente.

Un impact écologique et économique

Cette action zéro déchet à un impact très positif sur l’environnement mais également sur la situation économique de la ville. En effet les impôts des habitants sont 3 fois moins élevés qu’en 2003, et la revente des matières premières est une source de revenus conséquente.

En fonction des types de déchets apportés au centre de recyclage, ceux-ci peuvent être échangés contre des marchandises de première nécessité, ce qui évite certaines dépenses aux habitants de la ville.

Enfin une boutique d’occasion a ouvert ses portes dans la ville. Les habitants peuvent y déposer les objets inutilisés et repartir avec d’autres gratuitement. Ainsi chaque année des tonnes de biens sont échangés entre les habitants du village.

L’organisation complète de la ville vise à réduire au maximum l’incinération des déchets et réduire les coûts liés au gaspillage. Par conséquent depuis 2016 un système d’accréditation des restaurants a vu le jour et certifie ceux respectant les normes environnementales.

Dans les écoles, des ateliers ont vu le jour afin de sensibiliser les jeunes aux thématiques du recyclage et du développement durable. Encore considéré comme une corvée dans les pays industrialisés, à Kamikatsu le recyclage est un mode de vie.

Plus d’infos

Votre assiette et la planète : notre guide pour manger mieux !

Du bio dans nos assiettes : vers une consommation plus responsable

Payer l’école en recyclant du plastique ? En Inde c’est possible !