Recycler, upcycler, réparer… Si vous lisez ceci, c’est probablement que vous vous intéressez à ces concepts. Néanmoins, c’est loin d’être le cas de la majeure partie de la population ! Et si la propagation de modes de vie sains et respectueux de l’environnement passait par les codes du marketing et de la consommation de masse ? C’est l’idée de ReTuna, le tout premier centre commercial au monde 100% dédié au recyclage !

Idées vertes - Recyclage meubles débarras

Une idée novatrice pour favoriser le recyclage de masse

Eskilstuna est la plus grande ville de la province Södermanland, située à l’Est de Stockholm en Suède. Outre son zoo et ses jolis espaces verts, la ville accueille depuis 2015 un lieu unique au monde : le ReTuna Aterbruksgalleria, un centre commercial entièrement dédié au recyclage. Oui, vous avez bien lu. L’intégralité de l’espace est occupée par des boutiques ne vendant que des produits récupérés, réparés si nécessaire, en parfait état de fonctionnement ou bien simplement en l’état, à réparer chez soi.

En fait, le centre n’abrite pas que des boutiques. S’y côtoient aussi un restaurant, une salle de conférence, une galerie dans laquelle sont exposées des œuvres d’étudiants, ainsi qu’un centre éducatif afin de promouvoir les concepts de recyclage, d’upcycling et de mieux-vivre. Le tout est complété d’une école de design… en recyclage et upcycling ! Pour rappel, l’upcycling (ou surcyclage) est l’action de récupérer des matériaux ou produits dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en biens de qualité, on parle donc de recyclage « par le haut » : ces matières et/ou objets acquièrent une valeur supérieure à celle qu’ils avaient, par opposition au recyclage classique, qui fait perdre de la valeur à la matière. Nous vous présentions la semaine dernière un bel exemple de surcyclage, avec les paires de chaussures fabriquées à partir de plastique ramassé dans les océans.

Il faut également noter que trois emplacements sur les 12 réservés aux boutiques sont éphémères, permettant à des petits entrepreneurs et artisans d’exposer leurs produits ou services pendant un temps déterminé. Un lieu polyvalent et plein de ressources !

Recyclage et partage, le credo de ReTuna

Le fonctionnement de ce centre commercial d’un genre particulier est très simple : ReTuna dispose d’un grand centre de dépôt, permettant aux particuliers de déposer gratuitement les objets et matières dont ils ne servent plus. De là, ces articles sont triés en deux sections : ceux qui sont encore en état de marche vont directement au magasin de seconde main du centre, où ils sont revendus à des tarifs abordables.
Les autres sont entreposés dans un centre de surcyclage, dans lequel les employés et gérants de boutiques peuvent venir se servir librement. Une véritable banque de matières, à disposition des artisans, artistes et réparateurs de ReTuna, leur permettant d’exprimer leur créativité en créant de nouveaux objets, qui seront ensuite proposés à la vente dans l’une des autres boutiques du centre.

Ce mode de fonctionnement permet d’appliquer deux grands concepts à partir d’objets qui ne sont plus utilisés par leur ancien propriétaire : d’une part, le réemploi avec cette caractéristique circulaire, en proposant à la vente à tarifs abordables des objets en parfait état de marche, qui pourront servir à quelqu’un d’autre, comme un vide-greniers permanent. D’autre part, la transformation d’objets et matériaux paraissant inutiles et sans valeur en biens de qualité, démontrant qu’on peut faire des merveilles à partir de presque rien. Jolis vélos remis à neuf, lampes de designers, chacun peut y trouver son bonheur.

Un modèle vertueux et économiquement viable

En facilitant ainsi le processus de don par la mise en place d’un centre dédié, combiné à l’adaptation des codes de la consommation de masse au service de concepts vertueux aussi bien socialement qu’environnementalement, ReTuna réussit un pari audacieux : redorer l’image du recyclage et de la récupération.

En investissant l’espace d’un authentique centre commercial, la structure revêt les codes de la grande consommation afin de propager ces idées au plus grand nombre, lui garantissant une force d’impact déterminante. Anna Bergström, directrice du centre, insiste sur un point important : pour intégrer le projet, un entrepreneur ou artisan doit avoir un modèle économiquement viable. Une manière de démontrer publiquement que ces valeurs vertueuses ne doivent pas lutter à contre-courant de la société actuelle, afin d’imprégner les populations en profondeur. Et ça marche ! Le centre crée de l’emploi, avec une cinquantaine de salariés. Les bénéfices de ventes permettent de couvrir les frais de fonctionnement de la structure, ainsi que de rémunérer correctement tous ceux qui y travaillent.

De plus, plusieurs signes montrent que ces nouveaux modes de consommation attirent chaque année des couches de population plus larges. Essor de la tendance zéro déchet, émergence des ressourceries, repar’ cafés et autres ateliers cyclistes solidaires témoignent de l’intérêt croissant suscité par l’écologie. Mais ce n’est pas tout car ces nouveaux modes de consommation sont également synonymes d’économies, susceptibles d’intéresser une majeure partie de la population des pays développés. Après tout, le centre ReTuna existe depuis 2015, mais n’a pas attiré les regards avant cette année.

En revanche, il ne faut pas oublier que ce centre ne se situe pas dans n’importe quel pays. Il paraît important de rappeler que la Suède est passée de 35% de déchets ménagers recyclés en 1975 à quasiment 100% recyclés l’année dernière. Le pays est tellement efficace dans sa gestion des déchets qu’il facture ses voisins pour traiter les leurs ! Un modèle environnemental exemplaire, qui laisse le reste de l’Europe à la traîne.

Après le vin en vrac, les plateformes pour réemployer les déchets de chantier et les conteneurs de cargo transformés en fermes urbaines, à quand un centre commercial 100% recyclé en Ile de France ? Levallois-Perret, Clamart, Ivry-sur-seine, Malakoff, Montrouge, Versailles, Neuilly, Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Pantin, Clichy, La Défense, Paris… tic tac… qui sera la premier à oser se lancer ?! Nous avons hâte 🙂